Belle-Rose by ACHARD, AMéDéE

By ACHARD, AMéDéE

Show description

Read Online or Download Belle-Rose PDF

Best books & reading books

The Whole Digital Library Handbook

Crucial evidence, recommendation, lists, files, directions, lore, wit, and knowledge: in addition to enjoyable and irreverence, it’s what readers have come to count on from the entire Library sequence. This most recent access zooms in at the leading edge -- the electronic library. In a one-volume compendium that’s via turns encyclopedic, beneficial, and interesting, members offer an outline of electronic libraries, protecting the nation of data, concerns, clients, demanding situations, instruments and expertise, maintenance, and the longer term.

Talking back to Emily Dickinson and other essays

This assortment makes the case for literary feedback as an educated, competitive, own, and infrequently funny reaction to writers and writing. those eloquent commentaries on English and American writers are prepared chronologically, starting with Shakespeare, and continue throughout the nineteenth and twentieth centuries.

Penumbra

Jade Dupree is a beautician and an undertaker's assistant with a present for smoothing the ravages of demise from the faces of her consumers. yet her unusual expertise is not the merely factor that units her except the townspeople of tiny Drexel, Mississippi. Jade is half-black and the unacknowledged bastard daughter of Drexel's "first lady," the imperious Lucille Longier.

Extra info for Belle-Rose

Sample text

Jacques pensa que chacun fuyait parce – 34 – qu’il voyait fuir les autres, et en garçon résolu qu’il était, il prit le parti de continuer son chemin, voulant arriver à Hesdin avant la nuit. La journée était brûlante, et Jacques marchait depuis le matin ; l’appétit commença de se faire sentir avec la fatigue. N’apercevant ni Hongrois ni Croates, Jacques se jeta sur le côté de la route, près d’une fontaine qui coulait à l’ombre d’un bouquet d’arbres, et tirant de sa valise quelques provisions dont il s’était muni à Fruges, il se mit à déjeuner gaillardement.

C’est bien, mon garçon, va. Jacques partit avec deux grenadiers. L’officier hongrois fut placé sur un brancard garni de bottes de paille. Quelques gouttes de sang se figeaient au bord de ses plaies ouvertes, ses dents claquaient de froid. Le fils du fauconnier le couvrit de son habit. – Quel cœur as-tu donc ? lui dit brusquement l’officier. – Le cœur de tout le monde. – Parbleu ! tu es bien le premier habitant de ce monde-là que je rencontre. Les yeux du Hongrois brillaient et s’éteignaient tour à tour ; quand il les ouvrait, il regardait Jacques.

Le père est là-haut ; il a été l’ami de Guillaume : le fils sera l’ami de Jacques. – 43 – IV L’ESCARMOUCHE La troupe commandée par M. d’Assonville, capitaine aux chevau-légers, était encore à dix minutes de l’abbaye de SaintGeorges, dont les murailles blanches se dessinaient entre des massifs d’arbres sur la droite du chemin, lorsqu’on entendit des coups de fusil pétiller à une petite distance. Un paysan qui fuyait sur un méchant bidet apprit à M. d’Assonville qu’une vingtaine de maraudeurs s’étaient présentés à l’abbaye, avaient forcé les portes et ordonné aux religieux de préparer des vivres pour toute la troupe, s’ils ne voulaient pas voir leur maison mise à feu et à sang.

Download PDF sample

Rated 4.57 of 5 – based on 47 votes