Blanche ou l'oubli by Aragon, 1897-1982

By Aragon, 1897-1982

Show description

Read or Download Blanche ou l'oubli PDF

Similar books & reading books

The Whole Digital Library Handbook

Crucial evidence, recommendation, lists, records, guidance, lore, wit, and knowledge: in addition to enjoyable and irreverence, it’s what readers have come to anticipate from the full Library sequence. This newest access zooms in at the innovative -- the electronic library. In a one-volume compendium that’s via turns encyclopedic, valuable, and fascinating, participants supply an outline of electronic libraries, protecting the nation of data, matters, shoppers, demanding situations, instruments and expertise, upkeep, and the longer term.

Talking back to Emily Dickinson and other essays

This assortment makes the case for literary feedback as an educated, competitive, own, and infrequently funny reaction to writers and writing. those eloquent commentaries on English and American writers are prepared chronologically, starting with Shakespeare, and continue throughout the nineteenth and twentieth centuries.

Penumbra

Jade Dupree is a beautician and an undertaker's assistant with a present for smoothing the ravages of loss of life from the faces of her consumers. yet her unusual expertise is not the basically factor that units her except the townspeople of tiny Drexel, Mississippi. Jade is half-black and the unacknowledged bastard daughter of Drexel's "first lady," the imperious Lucille Longier.

Additional resources for Blanche ou l'oubli

Example text

Ils sont faits comme les autres, seulement ils vous prennent la lèvre entre le pouce et l'index. Et alors. Alors, rien : c'est comme ça qu'ils font. Les guerres en Asie ou en Afrique ? Vraiment pas intéressant. D'abord les gens ne parlent plus que de ça. Et pour ce qu'on y comprend. On les gagne sans arrêt, ces guerres-là, et un beau jour voilà qu'on les a perdues. Tandis qu'une guerre chez soi, c'est comme le pot-au-feu, ça a le goût de ce qu'on met dedans. Puis anciens combattants pour anciens combattants.

Delluc, bien sûr. Et Delluc, je lui avais écrit, encore, c'était avant la fin de la guerre, quand il avait publié La Guerre est morte, ce roman, vous savez, avec sur la couverture... Ce n'était pas encore le regretté Delluc, comme on a dit après sa mort. Il m'avait trouvé un petit bout de figuration en 1921, dans Fièvre.  » Il n'y avait pas de place pour moi à Bonsoir. Un de mes contemporains, en ce temps-là disait qu'on peut aimer une femme pour son collier de perles. Ce qui m'aurait évité de chercher ma pitance dans le journalisme crépusculaire.

Ah, mais non, les rhumatismes c'était déjà en 1923. D'ailleurs, c'est en 1923 que j'ai quitté mon emploi théâtral. Une année qu'on ne peut plus marquer avec un film de Delluc. L'année du Pèlerin et de L'Opinion publique, vous savez ? Si vous ne savez pas, allez voir à la Cinémathèque. Encore une sacrée mémoire, la Cinémathèque, on ne se rend pas compte, ça ne sert pas encore pour les amnésiques, mais un de ces jours... Évaluer le temps qui passe. Entre cet été pluvieux où Marie-Noire sur la Côte mesure au peu d'entrain de son ami saisonnier que la jeunesse porte en elle sa fin et ces après-midi avenue Victor-Hugo chez Maryse, il y a le temps qui sépare la Commune de Paris de l'éclatement de la guerre en 14.

Download PDF sample

Rated 4.61 of 5 – based on 42 votes